Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 15:40

Pour enfoncer un clou de plus en faveur du prosélytisme, rappelons que Xavier Bertrand, invité de JJ Bourdin sur BFMTV le 13 janvier avait dit, je cite : « Il faut que chaque croyant puisse circuler librement dans la rue en portant sa kipa, son voile, sa croix, etc. ». Bien entendu, à la première réflexion suite à cet encouragement, on ne pourrait qu’approuver ce petit rappel à ce qu’on appelle la liberté individuelle. Toutefois essayons d’analyser de plus près cette liberté. Supposons que progressivement, tout le monde puisse se croire obligé d’arborer, peut-être même d’une façon ostentatoire, le signe de sa religion et pourquoi pas également, de porter la tenue vestimentaire qui s’y rapporte. Quel serait dans ce monde la position des non croyants, des agnostiques, des athées, ou tout adepte d’une autre philosophie personnelle, qui ne porteraient aucun signe d’appartenance ? Ne risqueraient-ils pas d’être discriminés et devenir la cible des fanatiques de tous bords qui pourraient les considérer comme des ennemis de la religion ? Cette situation ne conduirait-elle-pas à des provocations, sources de troubles à l’ordre public ?  Faut-il aussi rappeler qu’il est interdit de porter l’uniforme SS.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 15:27

La fête du 14 juillet sur les champs Elysées, quel beau spectacle ! Démonstration de force, marche au pas impeccable, balai précis des différentes unités militaires, présentation du matériel de défense et aussi d’attaque, virtuosité des aviateurs, bref ! Faire voir que la France est bien armée et gare à ceux qui oseraient s’y frotter ! MAIS …. , oui il y a un mais car est-ce bien là l’esprit de la commémoration de la fête nationale ? Peu importe ce qui c’est réellement passé lors de la prise de cette forteresse appelée Bastille et devenue un des  symboles, si ce n’est le principal, de la révolution française mais où sont les ‘‘sans-culotte’’, les ouvriers, les artisans, les paysans, portant la fourche ou la faux sur l’épaule ; en fait, les vrais représentant du peuple qui souhaitaient virer la royauté et accéder à la liberté dans une république laïque et démocratique. 

Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 11:49

Vous n’êtes pas obligé de me croire mais je me souviens de l’époque où je vivais sous l’appellation Cro-Magnon, c'est-à-dire aux environs de 20 ou 30.000 ans avant notre ère dite vulgaire (J’utilise la formule ‘‘ère vulgaire’’ pour effacer la référence à la religion). A cette époque mes compatriotes et moi-même, nous survivions grâce à nos instincts, notre intelligence, et aussi notre forme physique car si nous chassions le gibier, il arrivait que quelquefois, le gibier, c’était nous. Outre la cueillette ou la chasse, nous étions également des pêcheurs et lorsque la faim nous tenaillait nous devions nous mettre en recherche de nourriture. Bien entendu, dès qu’une opportunité se présentait, nous la saisissions ; si c’était un poisson  il n’était absolument pas question de le remettre à l’eau aussitôt péché. Vous allez me dire mais pourquoi ‘‘raconte-je’’ tout ça ? Tout simplement parce que je viens de lire dans le Sud-Ouest du 30 juillet 2016, sur un tiers de page avec photo, un article intitulé : « Sur le lac de Beaupuy, la pêche à la carpe est un sport de combat) ; là, je commence à me poser une foule de questions. De quel combat s’agit-il ? Puisque la pauvre carpe est toujours dans la même situation qu’elle était il y a quelque 20.000 ans, dès  qu’elle trouve quelque chose à manger, elle se précipite sur ce qu’elle pense être comestible ; ici en l’occurrence, ce qui l’a motivée c’est une chose nommée appât accrochée à une autre chose appelée hameçon. Où est le combat pour le carpiste (C’est le nom indiqué dans le journal) ? Et puis est-ce une pêche par nécessité, c'est-à-dire pour se nourrir ? Non ! Car il s’agit d’un concours qui est à celui ou celle qui en pêchera le plus et comme tout bon carpiste le pêcheur pratique le ‘‘No kill’’, c'est-à-dire qu’il relâche sa proie (Quelle mansuétude, n’est-ce pas ?). Avec un peu de malchance la carpe risque à nouveau de mordre dans un autre hameçon lors d’un prochain concours et ainsi de suite. Qui peut dire que la carpe ne souffre pas ? Qui peut dire que la carpe ne risque pas de mourir suite à ses blessures ? Nous sommes des omnivores certes et il faut également tuer pour manger mais pourquoi faut-il faire souffrir les animaux pour……. le plaisir ?  Bien entendu ceci est valable aussi pour les combats de coqs, la corrida, les combats de chien, pour lesquels d’ailleurs, le signe de croix est aussi, souvent de rigueur.

Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 11:25

Pas de statistiques ethniques ou religieuses ! OK ! Mais n’entendons-nous pas,  de-ci de-là, parler de « nos racines, nos ancêtres, nos origines, il faut respecter ce que nos parents nous ont laissé, il faut  connaître notre histoire et bien d’autres choses encore à propos du passé ». Si je n’adhère pas forcément à toutes ces affirmations, je me pose quand même quelques questions : «  Alors ! Comment fait-on pour préparer les repas des cantines scolaires lorsqu’on ne met pas de porc au menu pour des raisons religieuses ?  Comment fait-on pour affirmer qu’il n’y a pas assez de personnes issues de la ‘‘diversité’’ dans des postes de certaines administrations ? Comment Jack Lang a fait pour affirmer qu’il y a 2 tiers de musulmans dans les prisons ? Comment fait-on pour organiser la ‘‘mixité’’ dans les quartiers ? Pourquoi faut-il décliner sa date et lieu de naissance pour obtenir ses papiers d’identité ? N’est-ce pas un début de statistique lorsqu’on exige la parité homme-femme dans certaines élections ? D’autre part lors d’un crime, d’un accident, d’un vol, etc., les témoins éventuels devraient-ils alors, ne pas répondre aux questions des enquêteurs lorsque l’une de ces questions pourrait concerner le physique des délinquants supposés ?

 

Je ne dis pas ‘‘ifaut ou yaka’’, j’explique seulement les incohérences que je laisse à vos réflexions.

Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 16:46

Le service public est en principe, un service destiné à assurer toute activité indispensable aux citoyens dans un cadre de solidarité universelle, principalement dans l’intérêt général où les investissements ne peuvent qu’être le fait de la puissance publique et gérés par l’Etat. Malheureusement, ces notions de base semblent de plus en plus échapper au contrôle du peuple et sont progressivement transférées dans le domaine marchand du privé  sous les appellations trompeuses de : « délégation de service public, fonction de service au public, mission de service public, etc. ». Progressivement, le service public se limitera aux fonctions régaliennes, et encore ?, ne voit-on pas poindre une totale privatisation  de la santé et de l’éducation. N’assistons-nous pas au démantèlement du service public, Progressivement, les nationalisations qui ont eu lieu au lendemain de la dernière guerre, telles que l’EDF, les PTT, la SNCF, les autoroutes, l’armement, etc. sont à nouveau privatisées. On peut dire que cette marche vers le démantèlement du service public  s’accélère depuis quelques décennies. Pour voiler cette entreprise de démolition, le libéralisme favorise le développement d’organismes privés qui tant  bien que mal, pallient les manques les plus criards. Un des exemples les plus flagrant, n’est-ce pas la Sécurité Sociale qui rembourse de moins en moins les soins qui concernent la santé au bénéfice d’organismes appelés ‘‘mutuelles’’ qui ne sont en fait que des assurances privées. Les réveils seront douloureux.

Jean Cantel

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 11:23
Résumons le pourquoi des choses :
1°- Des primaires au PS : très bien
2°- L'Etat major du PS pensait dur comme fer que ce serait Valls qui en sortirait vainqueur
3°- Manque de pot pour lui c'est B.Hamon qui est désigné
4°- Pensant qu'il était supposé être le meilleur, BH a foncé tête baissée vers l'échafaud.
5°- Hélas presque tous les ténors du parti "foutent le camp" pour rejoindre E. Macron. Qu'elle trahison !
5°- Il fait une très bonne campagne mais sa cote fond comme neige au soleil, au fur et à mesure que le scrutin du 1er tour approche.
6°- Là ! Je réfléchis et j'aboutis à la conclusion que si j'avais été à la place de BH, une semaine avant le scrutin, j'aurai crié haut et fort que sa position est certainement dûe à la haute trahison de ceux qui on fait fi de leur engagement et qu'il constatait que sa cause étant perdue, il se retirait de la course en faveur de JLM, lequel, dans ce cas, aurait été pratiquement qualifié pour le 2ème tour.
CQFD. Il n'y aurait donc pas eu à se poser la question : "Pour la peste ou le choléra"
Est-ce que ce drame se reproduira également lors des législatives ? ? ? ? ? ?
Repost 0
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 14:21

Je refuse la fatalité : J’adhère mais ???

Une République forte pour assurer la sécurité de tous : J’adhère mais comment et quand ?

Je dégagerai tous les moyens pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation : OK pour le terrorisme mais qu’est-ce que la radicalisation ? Le PRG s’inscrit-il dans ce terme ? L’Etat islamique ne fait qu’appliquer sa doctrine à savoir que seule la charia est la loi pour tous. D’ailleurs toutes les religions sont radicales et intégristes par nature ; tout est question de circonstances et d’opportunité (il faut se rappeler la Saint-Barthélémy, les croisés, etc.).

[….] combat déterminé contre les réseaux mafieux liés à la drogue : J’aurai aimé lire ‘‘tous les réseaux mafieux’’, quelque soit la nature qui en est l’objet. La légalisation du canabis ne me parait absolument pas être la bonne solution. Où ça commence et où ça finit ?

Je fais une priorité de la laïcité qui fonde le ‘‘vivre ensemble’’. Nous ne vivons pas ensemble et nous ne pouvons pas vivre ensemble, nous vivons côte à côte. La laïcité n’est pas une loi, ni une religion ni une sorte de vivre ensemble, c’est un grand principe qui , lorsqu’il est respecté, permet au peuple de vivre comme il l’entend dans le cas stricte des lois de la République en dehors de toutes pressions qui ne peuvent qu’être que l’émanation de groupes qui entendent vouloir appliquer leur propre mode de vie qu’ils considèrent prioritaire à la loi. La loi de 1905 fixe les principales règles dont l’article 2 dans lequel tout est dit : « La république ne reconnait ni ne salarie ni ne subventionne aucun culte » Le reste n’est qu’un consensus du à plusieurs siècles d’oppression des peuples par les religions. S’il y avait à modifier cette loi, comme certain le réclame, ce devrait être la suppression de tout ce qui est accordé aux religions à titre exceptionnel, notamment sur les questions financières.

Je défendrai l’accès de tous à une école publique. J’aimerai entendre : ‘‘l’accès de tous à l’école publique et la suppression totale des financements aux écoles privées’’. De plus on ne peut pas parler d’émancipation et de libérer des inégalités sociales lorsqu’une partie de la population opte pour une école privée.

Je ferai naître des droits nouveaux. La panoplie des lois actuelles permet d’appliquer le respect de tous.

Je favoriserai la PMA sans conditions : J’approuve.

Le respect des droits et devoirs de la citoyenneté pour les étrangers légalement installés. Là encore il suffit d’appliquer les lois existantes

Une République fraternelle pour protéger les plus fragiles : Pourquoi ‘‘Les plus fragiles ?’’ A partir de quelle analyse on peut affirmer que X est plus fragile que Y ou Z. Tout un chacun est toujours plus fragile qu’un autre qui lui-même serait aussi plus fragile qu’un autre autre, et ainsi de suite.

La France c’est un Etat et des collectivités renforcées…..au travers de services publics : La régionalisation est une machine à créer des postes inutiles et qui coûte une fortune. Alors ! A quoi servent les chambres d’agriculture, de commerce et d’industrie ? Le service public ? Oui bien sur, mais non émietté et très souvent sous traité, ce qui dans ce cas n’est plus un service public mais le produit de la subsidiarité si chère aux religions.

Une République mobilisée pour l’emploi, l’économie et l’environnement : Oui bien sûr mais s’il n’y a plus de ‘‘lutte des classes’’ que propose-t-on à la place, pour protéger le citoyen qui n’a pas d’autre issue que d’être salarié ? Quand à l’environnement il faut être conscient que c’est un problème planétaire qui demande une réflexion mondiale, car les ressources de la Terre ne sont pas épuisables, nous consommons beaucoup trop, tant pour le développement industriel qu’à cause de la démographie mondiale.

Oui, le PRG est certainement le parti qui a beaucoup participé au développement du modèle républicain mais aujourd’hui qu’est-il devenu ?

En résumé je pense qu’émettre des idées c’est indispensable mais le citoyen de base que je suis veut savoir quel programme qui sera proposé, la méthode et les moyens pour l’appliquer, avec le chiffrage des dépenses et des économies. Par exemple, pourquoi ne pas supprimer le Sénat, organe absolument inutile et qui permettrait d’économiser environ un milliard d’euros par an. Bien entendu parallèlement à cette mesure il faut ré-instituer le vote à la proportionnelle intégrale. N’y-a-t-il pas d’autres organismes aussi inutiles à supprimer également ?

Tout ceci n’est qu’une réflexion de ma part et je ne prétends pas détenir ‘‘la grande vérité’’ mais ce que je souhaite c’est l’organisation d’un grand débat sur tous les sujets avec une solide argumentation.

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 11:10

 

Vous n’êtes pas obligé de me croire mais je me souviens de l’époque où je vivais sous l’appellation Cro-Magnon, c'est-à-dire aux environs de 20 ou 30.000 ans avant notre ère dite vulgaire (J’utilise la formule ‘‘ère vulgaire’’ pour effacer la référence à la religion). A cette époque mes compatriotes et moi-même, nous survivions grâce à nos instincts, notre intelligence, et aussi notre forme physique car si nous chassions le gibier, il arrivait que quelquefois, le gibier, c’était nous. Outre la cueillette ou la chasse, nous étions également des pêcheurs et lorsque la faim nous tenaillait nous devions nous mettre en recherche de nourriture. Bien entendu, dès qu’une opportunité se présentait, nous la saisissions ; si c’était un poisson il n’était absolument pas question de le remettre à l’eau aussitôt péché. Vous allez me dire mais pourquoi ‘‘raconte-je’’ tout ça ? Tout simplement parce que j’ai lu dans le Sud-Ouest du 30 juillet 2016, sur un tiers de page avec photo, un article intitulé : « Sur le lac de Beaupuy, la pêche à la carpe est un sport de combat) ; là, je commence à me poser une foule de questions. De quel combat s’agit-il ? Puisque la pauvre carpe est toujours dans la même situation qu’elle était il y a quelque 20.000 ans, dès qu’elle trouve quelque chose à manger, elle se précipite sur ce qu’elle pense être comestible ; ici en l’occurrence, ce qui l’a motivée c’est une chose nommée appât accrochée à une autre chose appelée hameçon. Où est le combat pour le carpiste (C’est le nom indiqué dans le journal) ? Et puis est-ce une pêche par nécessité, c'est-à-dire pour se nourrir ? Non ! Car il s’agit d’un concours qui est à celui ou celle qui en pêchera le plus et comme tout bon carpiste le pêcheur pratique le ‘‘No kill’’, c'est-à-dire qu’il relâche sa proie (Quelle mansuétude, n’est-ce pas ?). Avec un peu de malchance la carpe risque à nouveau de mordre dans un autre hameçon lors d’un prochain concours et ainsi de suite. Qui peut dire que la carpe ne souffre pas ? Qui peut dire que la carpe ne risque pas de mourir suite à ses blessures ? Nous sommes des omnivores certes et il faut également tuer pour manger mais pourquoi faut-il faire souffrir les animaux pour……. le plaisir ? Bien entendu ceci est valable aussi pour les combats de coqs, la corrida, les combats de chien, pour lesquels d’ailleurs, le signe de croix est aussi, souvent de rigueur.

Repost 0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 18:17

Soyons cohérents !

Pas de statistiques ethniques ou religieuses ! OK ! Mais n’entendons-nous pas, de-ci de-là, parler de « nos racines, nos ancêtres, nos origines, il faut respecter ce que nos parents nous ont laissé, il faut connaître notre histoire et bien d’autres choses encore à propos du passé ». Si je n’adhère pas forcément à toutes ces affirmations, je me pose quand même quelques questions : « Alors ! Comment fait-on pour préparer les repas des cantines scolaires lorsqu’on ne met pas de porc au menu pour des raisons religieuses ? Comment fait-on pour affirmer qu’il n’y a pas assez de personnes issues de la ‘‘diversité’’ dans des postes de certaines administrations ? Comment Jack Lang a fait pour affirmer qu’il y a 2 tiers de musulmans dans les prisons ? Comment fait-on pour organiser la ‘‘mixité’’ dans les quartiers ? Pourquoi faut-il décliner sa date et lieu de naissance pour obtenir ses papiers d’identité ? N’est-ce pas un début de statistique lorsqu’on exige la parité homme-femme dans certaines élections ? D’autre part lors d’un crime, d’un accident, d’un vol, etc., les témoins éventuels devraient-ils alors, ne pas répondre aux questions des enquêteurs lorsque l’une de ces questions pourrait concerner le physique des délinquants supposés ?

Je ne dis pas ‘‘ifaut ou yaka’’, j’explique seulement les incohérences que je laisse à vos réflexions.

 

 

Repost 0
Published by Jean Cantel
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 11:07

Les élections municipales ont déjà commencé, tout le monde le voit. Les déclarations confuses, contradictoires et fracassantes ne manquent pas. Pourtant, un sujet essentiel est totalement absent du débat :

Les associations religieuses doivent elles être financées par des subventions publiques c’est à dire par l’argent des contribuables ? Pour les Républicains laïques ! Bien sur que non. Prenons quelques exemples, hélas, non exhaustifs, sur Paris :

Dans la séance du 11 décembre 2012 au Conseil de Paris en une seule séance 4.372.457 euros ont été votés pour les organismes religieux ! - Dans la séance du 11 juin 2013 on enregistre le vote d’une subvention de 8 000 euros à l’AS Jeunesse Saint-Vincent de Paul et de 10 000 euros à l’Institut protestant de théologie.

Le 10 juillet, 277 000 euros ont été attribués aux crèches des  «Associations familiales catholiques ». Cette fois-ci les élus Front de Gauche ont voté contre.

La séance du Conseil de Paris du 10 juillet a vu le vote – sans opposition - des subventions aux associations impliquées dans la « réforme » des rythmes scolaires. Au passage, signalons que Nathalie Kosciusko-Morizet dans Libération du 3 septembre 2013 a déclaré qu’elle « ne reviendrait pas sur la réforme des rythmes scolaires à Paris ». Citons une subvention de 5.560 euros à l'association CHOEURS D'ENFANTS DE SAINT-CHRISTOPHE DE JAVEL dont le site précise « l’essentiel du répertoire interprété par les chœurs est sacré, » et souligne « sa participation à la vie de la paroisse Saint-Christophe de Javel » et une subvention de 13.400 euros est attribuée à l'association JEUNESSE DE SAINT VINCENT-DE-PAUL qui revendique ses liens avec le diocèse de Paris. Citons l’Association sportive des Bernardins qui a bénéficié d’une subvention de 1900 euros, l’association ATD-Quartmonde avec 3200 euros, l’association « Rocher dans la cité »  avec 4000 euros, les sites internet de présentation de ces associations ne cachent pas leurs liens avec l’Eglise catholique. Il est probable qu’il ne s’agisse que d’un bilan partiel.

On nous parle de crise mais on n’hésite pas bafouer la loi du 9 décembre 1905 dont l’article 2 précise :

« La république ne reconnait ni ne subventionne ni ne salarie aucun culte ».

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de : Où va la République
  • : Analyse de l'actualité à travers les médias
  • Contact

Recherche

Liens