Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 16:47

Tout récemment, c'est-à-dire le 19 juillet 2011 le Conseil d’Etat a rendu cinq décisions importantes relatives à la loi de séparation des Églises et de l’État. Elles vont, précise l’article, dans le sens d’un assouplissement. De quoi s’agit-il ? A la question : « La loi permet-elle de concilier les intérêts publics locaux et les principes posés par le texte fondateur de la laïcité ? » Le Conseil d’État répond par l’affirmative, je cite : « Si les collectivités territoriales peuvent prendre des décisions ou financer des projets en rapport avec des édifices ou des pratiques cultuelles, elles ne peuvent le faire que si ces décisions répondent à un intérêt public local ». A titre d’exemple l’article fait mention de quelques cas qui soi-disant, entreraient dans le mot magique ‘‘SI’’. Vous connaissez le proverbe : ‘‘ Avec un si on pourrait mettre Paris en bouteille’’. Adonc, les entorses à la laïcité et à la loi de 1905 qui font légions deviendraient ‘‘ légales’’. Suivant l’article du journal, la haute Juridiction confirme ainsi, le bien-fondé  des décisions suivantes : A Lyon, le Conseil Municipal a accordé une aide 228.000 €à une fondation catholique pour permettre l’achat d’un ascenseur facilitant l’accès des handicapés à la basilique de Fourvière. A Trélazé en Anjou, le Conseil Municipal a voté pour l’achat d’un orgue destiné à l’église. La ville du Mans pourrait créer un abattoir dédié aux fêtes musulmanes. La ville de Montpellier peut affecter une salle polyvalente à une association cultuelle pour l’exercice d’un culte. Les collectivités locales qui mettent dans le cadre d’un bail de longue durée des terrains à disposition en vue de l’édification d’une mosquée ou d’un autre culte ne sont plus dans l’illégalité et l’article se termine par : « Le législateur ayant dérogé à la loi de 1905, celle-ci n’est plus applicable à de tels litiges ». En conclusion je dirai tout simplement que le travail de sape qui ronge nos institutions, ne fait que s’amplifier et que si le peuple qui se reconnait dans une République une et indivisible et laïque, ne se mobilise pas pour conforter tout ce qui a été acquis, souvent dans le sang, la France retombera bientôt dans l’obscurantisme avec ses guerres de religions. Oserai-je ajouter que la France qui de surcroit est endettée, pourquoi ne respecte-t-elle pas l’article 2 de la loi de 1905 qui stipule :

« La République ne reconnait ni ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Cet article est clair et net. Pourquoi aurait-il besoin d’être interprété avec des ‘‘Si’’

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PIALOT Yves 05/08/2011 19:24


Il est clair en effet que le Conseil d'Etat est dans ces circonstances le bras armé de l'Etat pour détruire définitivement la loi de 1905. Cette situation est gravissime, mais j'avoue ne pas savoir
que faire, à part alerter le plus possible nos concitoyens. Mais beaucoup s'en foutent, et plus particulièrement les jeunes pour qui le mot "laïcité" est un mot étranger appartenant à une langue
inconnue. Autrement dit l'abrogation de fait de la loi va dans le sens du vent, c'est-à-dire du retour programmé à la barbarie. Je suis donc extrêmement pessimiste.
Amitiés, Yves


06/08/2011 10:16



Je sais mais que faire, je ne sais pas non plus


Merci pour le commentaire, ça réchauffe un peu


Amitiés


Jean


 



Présentation

  • : Le blog de : Où va la République
  • : Analyse de l'actualité à travers les médias
  • Contact

Recherche

Liens